≡ Navigation

Partager sur :

0 commentaire

24janvier

Faouzia, 17 ans : « Je suis la première de ma famille à avoir le bac ! »

Depuis quelques semaines, Faouzia a quitté les bancs du lycée pour ceux de l’université. Après avoir obtenu son bac avec mention, elle a passé un concours pour intégrer la filière Techniques bancaires et assurances. Son parcours scolaire brillant et son ambition ne cessent de faire la fierté de sa famille.


Derrière son tempérament calme et d’une extrême douceur, Faouzia cache une grande détermination qu’elle exprime généralement par le refus de se reposer sur ses acquis. Les mauvaises notes, très peu pour elle. Obtenir 15 ou 16 de moyenne à l’école, c’est bien mais pas suffisant pour l’adolescente qui affirme « vouloir encore plus ».


Les révisions pour le bac ont débuté dès le mois de janvier. Chaque samedi était alors consacré à du bachotage collectif animé par un de ses professeurs. « Ça m’a beaucoup aidée » souligne Faouzia qui a suivi les cours avec assiduité. Sa préparation ne l’a pas empêchée de se sentir stressée à l’approche de l’examen. « Je ne voulais pas refaire une année de terminale et me dire que j’avais fait tous ces efforts pour rien ».


Avec une telle volonté, sa réussite au bac ne fut pas une réelle surprise. Ni pour elle ni pour sa famille dont elle fait la fierté en étant la toute première à décrocher ce diplôme. L’adolescente est d’autant plus fière qu’elle est la benjamine de sa fratrie composée de deux grands frères et deux grandes soeurs.


Mention bien au bac


Cette fois, l’autosatisfaction était bel et bien au rendez-vous : « Je ne pensais pas que j’aurais la mention bien. J’ai eu 14 de moyenne alors que je pensais que je n’aurais que 12 ou 13 ». Son incertitude était liée à quelques difficultés avec la philosophie et une épreuve d’histoire-géo prétendument ratée : « Je suis tombée sur le sujet que je n’avais pas eu le temps de réviser. En fin de compte j’ai eu 12 ! »


Après avoir fêté sa réussite en famille et en compagnie de sa cousine elle aussi bachelière, Faouzia a dû se replonger aussitôt dans les révisions. Cinq matières à travailler au total. Un stress supplémentaire pour la jeune fille qui a passé le concours pour intégrer la filière Techniques bancaires et Assurances, une formation de cinq ans très sélective où seuls 30 étudiants sont retenus chaque année. « J’ai peur que ce soit dur mais ma famille m’encourage beaucoup. Et après tout, si d’autres y arrivent, pourquoi pas moi ? ».


Diplôme et concours en poche, Faouzia a désormais le regard tourné vers l’avenir. La jeune fille aspire à travailler dans une banque plus tard. « Je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait mais je sais surtout que j’aimerais trouver un travail à la hauteur de mes diplômes et des efforts fournis pendant mes études » affirme-t-elle.


En attendant d’emprunter le chemin de l’université, Faouzia s’est accordé un peu de repos dans sa famille à la campagne. Une trêve bien méritée pour cette élève brillante, déterminée et reconnaissante de pouvoir continuer à bénéficier du soutien de sa marraine.

 

Découvrir les autres portraits : 

Richardo, 19 ans : « Je veux que ma famille soit fière de moi »

Jean-Eudes, futur banquier ?



Ajouter un commentaire


Parrainer un enfant à Madagascar. Parrainer un enfant, ce n'est pas uniquement changer sa vie et celle de sa famille, c'est aussi devenir une force active pour la solidarité dans le monde ! 2 avenue de la Porte de Montreuil 75020 PARIS - Tel. 09 52 50 33 25 – Email : contact[@]coeuretconscience.org Cœur et Conscience, association de solidarité internationale sans appartenance religieuse ou politique, reconnue d’intérêt général, enregistrée à la Préfecture de Police de Paris N°00174557P.